Comment arrêter de fumer rapidement ?

Si la cigarette est un pansement, mieux vaut l’arracher d’un coup sec pour atténuer la douloureuse transition entre une vie « avec » et une vie « sans » ! Arrêter de fumer rapidement signifie alors « minimiser le temps où les effets secondaires du sevrage sont les plus intenses ». Stress, irritabilité, fragilité vis-à-vis de son engagement, en finir avec la cigarette n’est pas une mince affaire et nombreux sont les fumeurs à chercher l’efficacité lors de leur sevrage.

arrêter de fumer

Vous voulez arrêter de fumer vite ? Pour cela, il n’y a pas de formule magique. Voici néanmoins quelques conseils et astuces pour arrêter de fumer plus rapidement, ainsi que des détails sur ce à quoi vous devez malgré tout vous attendre lors de votre sevrage tabagique.

Arrêter de fumer sans transition : une bonne préparation nécessaire

Arrêter de fumer vite, cela signifie « arrêter brutalement ». En effet, si pour certains un arrêt progressif offre une sensation de douceur et de sécurité, l’arrêt du tabac ne reste officiel et effectif qu’à partir de 0 cigarette / jour. « Arrêter de fumer brutalement » pour se débarrasser au plus vite de l’addiction est donc un exercice difficile qu’il faut savoir dompter. Une bonne préparation est nécessaire pour éviter le faux départ. Il vous faudra notamment choisir une date d’arrêt du tabac précise à un moment où votre cadre de vie y est propice. Débutez donc votre sevrage à une période calme, sans stress qui pourrait s’ajouter à celui que l’arrêt du tabac provoquera.

1 mois minimum pour arrêter

Quelle que soit votre motivation pour vous sevrer de la cigarette, il existe un délai difficilement compressible avant de vous considérer comme libéré de la nicotine. Ce délai, c’est l' »addiction physique ». Cette addiction à la nicotine qui s’opère à même votre cerveau ne peut que difficilement être réduite pour arrêter de fumer plus vite, même avec la meilleure motivation du monde, et même sans être un « gros fumeur ». On estime que cette dépendance perdure au minimum 1 mois après l’arrêt brutal du tabac, et celle-ci peut s’étendre plus longtemps encore.

Ainsi, même si la volonté d’arrêter de fumer très rapidement est là, ce délai restera un cap à franchir durant lequel il sera très facile de rechuter.

Comment ne pas rechuter aussi rapidement ?

Durant la phase de sevrage « physique », et même après, l’objectif principal reste de ne pas changer son arrêt rapide en rechute fulgurante. Lorsque la dépendance physique disparait, la dépendance psychologique restera une ennemie prête à prendre le relai et à vous mettre à l’épreuve. Cette dépendance psychologique vient de toutes les petites habitudes et de tous les réflexes que le « vous fumeur » a forgés au fil des années. C’est elle qui, lors d’un moment de faiblesse ou par un sursaut d’instinct, pourrait vous pousser à fumer, puis à vous faire rechuter.

La dépendance physique et psychologique à la cigarette vous gardera piégé durant une longue période. Pour arrêter de fumer rapidement et vous en libérer au plus vite, il est alors nécessaire de changer radicalement de train de vie, de bousculer vos routines et de veiller à ne pas reproduire les contextes sociaux qui vous poussaient à fumer. L’objectif est de balayer la cigarette de votre vie par divers changement (changement de liens sociaux, reprise d’activités sportives, changement de routine, etc.). Cette manœuvre radicale non sans conséquences sur votre vie restera un sérieux atout sur vos chances d’arrêter rapidement la cigarette.

Les substituts nicotiniques : un arrêt rapide en demi-teinte

Si votre but est d’arrêter au plus vite de consommer les produits toxiques générés par le tabac brûlé, sans toutefois vous sevrer radicalement de la nicotine, les substituts nicotiniques sont le meilleur outil d’aide. Ils vous permettront également de préserver certains rituels et habitudes qui allaient de pair avec la cigarette.

Néanmoins, les substituts nicotiniques comme les patchs, les gommes à mâcher ou la cigarette électronique doivent être utilisés avec méthode et engagement pour, à terme, vous libérer de la nicotine. Continuer à consommer de la nicotine avec un substitut ne fait que « reporter » une partie importante du challenge.

Bilan : pour arrêter de fumer rapidement, utilisez un substitut nicotinique lors de la phase de sevrage « physique » pour encaisser le choc, et ne tardez pas à réduire votre apport en nicotine tout en n’hésitant pas à briser votre routine pour vous sevrer rapidement, plus facilement, et, espérons-le, définitivement !